Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 20:36

Samedi 11 août ,

7 heures 15, départ de ROCKLAND, 44°06’-69°06’

arrivée

à 13 heures 25

à BOOTHBAY, Maine, USA , 43°50’-69°05’

à 40,8 MN/Cumul 1,157,3 MN

 

 

Dimanche 12 août,

8 heures 45,départ de BOOTHBAY,

arrivée

à 15 heures 25 à PORTLAND, Maine,

43°39’-70°

 

 

 

Jeudi 16 août,

9 heures 50, départ de PORTLAND

arrivée 

à 12 heures 20 à YARMOUTH, Royal River 43°47'-70)10'

départ à 17 heures 30

arrivée

à CHANDLE COVE sur CHEBEAGUE ISLAND, 43°43-70°07

 

 

 

Vendredi 17 août,

16 heures 55 départ de CHEBEAGUE ISLAND

arrivée 

à 17 heures 50 à GREAT DIAMOND

43°40'-70°11'

 

 

 

Samedi 18 août,

17 heures départ de GREAT DIAMOND

arrivée

à 18 heures 50 à BACK COVE43°40'-70°14'

 

 

 

 

BOOTHBAY

Voir aussi :http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-3-rockland-harbor-capitale-du-homard.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2017/09/marie-raconte-son-retour-aux-usa-maine.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-2-orrs-island-et-boothbay.html

Que dire sur Boothbay ? 

Nous y revenons régulièrement car nous aimons bien cette petite station balnéaire du Maine. Le mouillage n'est pas évident, mais nous avons "notre place de réservée", en fait si vous voulez rester près du centre ville il y a tout au plus 3 à 4 possibilités pour y jeter son ancre. En ce qui nous concerne , il est préférable que nous soyons seuls sur le mouillage car il est très petit pour notre Lilopin si au grand jamais il y avait un autre bateau...

Nous y avons aussi nos habitudes pour y venir déguster la Lobster, nous avons notre pêcheur attitré, dirons nous...

Et puis cette fois-ci, nous avons bénéficié d'un concert de jazz qui avait lieu tout à côté de notre Lilopin dans le bâtiment principal d'un chantier marine.

Quoi de mieux que de savourer sa lobster on son d'un concert de jazz au coucher du soleil ,!!!

 

https://www.youtube.com/watch?v=LGS57YQO6BY

 

 

 

 

PORTLAND

Voir aussi : http://domacaraibes.over-blog.com/2016/09/marie-raconte-son-maine-10-alentours-de-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-1-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/08/marie-raconte-son-maine-9-de-bath-a-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-sa-croisiere-vers-le-maine-6.html

Il en est de même pour Portland qu'en dire ?

C'est une halte quasiment obligatoire lorsqu'on arrive ou lorsqu'on part du Maine.

Cette année nous avons une nouvelle fois rendez vous avec la cousine Flora. Elle embarque avec nous pour un temps de croisière...

Cette année, nous avons décidé de faire un tour dans la baie de Portland,

bien évidemment nous sommes retournés vers les incontournables de Portland, tel que le magasin de donuts...

Holy donuts vend 2 millions de beignets par an !!! C'est une belle histoire que vous pourrez découvrir en ouvrant le lien ci-dessous :

 

 

 

 

 

 

 

 

Finalement bien rassasiées, nous avons mis les voiles dans la baie .

De gigantesques pontons privés devant de magnifiques demeures :

YARMOUTH

 

Avec pas mal d'attention + beaucoup de prudence + la marée haute = c'est possible, ça passe même pour Lilopin...

THE CLAM FESTIVAL - UNE ATTRACTION À L'ÉCHELLE DE L'ÉTAT  https://www.youtube.com/watch?v=nNriCE4kATk

Yarmouth possède des crustacés de premier plan tout au long de l'année, mais en juillet, le festival annuel Clam est l'attraction principale de la région.  Le Festival est aussi une célébration de la communauté locale, avec un concours de palourdes, des danses de rue, des courses à pied, une course de vélo professionnelle, un rassemblement de pompiers.

Ci-dessus LILOPIN au mouillage

Cependant, le capitaine décide de ne pas rester sur ce mouillage pour la nuit, nous repartirons en fin d'après-midi pour Chebeague Island.

CHEBEAGUE ISLAND

Son nom signifie «île de nombreuses sources».

Chebeague Island a une longue histoire de navigation, notamment les sloopers en pierre, des hommes qui transportaient du ballast pour les voiliers du 19ème siècle en Amérique et plus tard du granit pour la plupart des bâtiments les plus spectaculaires du pays, dont le Washington Monument. Les nombreuses maisons de la renaissance grecque sur l'île ont été construites par ces sloopers.

 

L'équipage de Lilopin part à la découverte de cette nouvelle île, "à ne pas manquer" !!!

 

Nous marcherons plusieurs miles au milieu de la forêt, ici c'est la quiétude qui y règne. Les animaux sont présents partout et absolument pas inquiets de nous voir avancer vers eux.

 

Voici ce que nous découvrirons au détour d'un virage , cette "supérette" d'un autre temps...

On rentre on se sert, on pèse et on laisse l'argent dans la boite... Tous les fruits et légumes sont de saison cultivés naturellement.

Il y avait tant d'années que je n'avais pas mangé d'aussi bonnes pêches, en fermant les yeux j'ai été transporté dans le jardin de mon grand-père et je me suis  revue en train de  cueillir les pêches sur les arbres et retrouvé le goût sucré du fruit enveloppé dans cette peau pelucheuse...

Un véritable bonheur...

Il en a été de même avec la rencontre du propriétaire qui nous a fait visiter ses cultures et expliquer sa manière complètement bio de faire pousser ses fruits et légumes. Il utilise les abeilles pour la pollinisation.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit tour sur l'une des plages de l'île...

GREAT DIAMOND

Great Diamond Island Map À 20-25 minutes de ferry de Portland, Great Diamond Island, à Casco Bay, est l'une des plus pittoresques du Maine. Ce bijou comprend des sentiers de randonnée qui permettent de profiter de la beauté de l'île; Au cours de leurs voyages, les visiteurs peuvent entendre parler de grands noms littéraires qui ont fréquenté l'île, tels que Henry Wadsworth Longfellow ou Harriet Beecher Stowe. Ou encore, ils peuvent entendre parler de son histoire en tant que base militaire au cours du XIXe siècle et noter l’attention portée à la préservation de l’intégrité architecturale de l’époque.

En navigation vers Back Cove

BACK COVE

nous y passerons la nuit avant notre départ PORTSMOUTH

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 20:34

Mardi 31 juillet ,

6 heures 40, départ de YARMOUTH, Nouvelle Ecosse, CANADA 43°50’-66°07’

arrivée

Mercredi 1er . août,

à 7 heures 20

à ROCKLAND, Maine, USA , 44°06’-69°06’

à 138 MN/Cumul 1,116,5 MN

Avis aux navigateurs :

Appel des douanes :

Nous arrivons directement sur le ponton d’accueil de la marina habilitée à faire les formalités douanières d’entrée sur le territoire américain.

11 heures 35 la custom est là sur le ponton, je lui propose de monter à bord, telle est l’habitude, il me répond « non, non, apportez moi vos passeports « . Sur cet échange peu commun voir unique en son genre...car les customs s’empressent généralement de monter à bord après avoir demander l’autorisation par pure politesse, Dominique arrive et se voit inviter de suivre notre douanier jusque dans les bureaux de la marina. Étrange procédure que celle-ci. Un moment plus tard Dominique revient au bateau en me disant que tout a changé.

La cruising licence existe toujours (elle a augmentée, elle coûte maintenant 19 $US) mais sous la forme d’une clearance d’entrée seulement .

Les formalités sont réduites au minimum. Il nous a été rapporté que l’on pouvait aller sur le site internet de la douane et compléter en ligne un document d’entrée qui nous arriverait directement dans les bureaux de notre lieu d’arrivée de manière à préparer notre entrevue physique avec les autorités . Ceci ressemble à l’échange (n°1) téléphonique que nous avons avant que la douane pour leur dire que nous arrivons et que l’on souhaite faire nos formalités. . A ce moment là nous leur donnons de nombreux renseignements afin qu’elle puisse nous retrouver dans les archives et faire toutes les vérifications nécessaires (bateau, passeport, visa, etc.).

Tout change, rappelez vous nous avons effectué notre sortie du territoire par simple appel téléphonique sans nous rendre dans un bureau de douane qui nous donnait un document de sortie signé et tamponné…

C’est mieux ainsi, c’est beaucoup plus simple !

Cf. blog : http://:http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-3-rockland-harbor-capitale-du-homard.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2017/09/marie-raconte-son-retour-aux-usa-maine.html

Mardi 31 juillet, 6 heures 40 (heure canadienne -5),

la météo n’est pas très bonne mais bien meilleure que celle annoncée pour le milieu et la fin de la semaine. Nous en avons vraiment assez de vivre dans ce brouillard, nous décidons de quitter Yarmouth même si la météo est médiocre. De toute façon le vent est favorable et ceux que pour cette journée et la demie journée de demain, après c’est du vent contraire et de la pluie sans même parler du brouillard…

 

Nous relevons les 2 ancres sans problème, il fait soleild. Le relevage du mouillage terminé nous sommes une nouvelle fois dans la brume Nous sortons du chenal de Yarmouth au son de la corne de brume et radar.

La journée a démarré et se poursuivra dans la brume, certes ce n’est pas un brouillard épais mais nous resterons toute cette journée du lundi et la nuit en vigilance .

LILOPIN au quai de Rockland  :

Séjour à ROCKLAND :

nous y retrouverons nos amis Jacky et Philippe. A ce sujet je vous invite à aller sur le site de leur galery d'art , "ça vaut la peine de prendre son temps  pour y passer un agréable moment" :https://www.guillermsculptures.com/  Philippe Guillerm/wood sculptures/United State

Sur cet excellent repas de homards je vous dis à bientôt !

Partager cet article
Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 18:50

CB 002-juin-2017.

Départ d’HAMPTON, Virginie, USA

Arrivée YARMOUTH, Acadie, Nouvelle Ecosse, CANADA

 

Mardi 6 juin,

La météo n’est pas au top. Nous n’avons qu’une toute petite fenêtre pour partir aujourd’hui, mais dès demain après-midi le vent va tourner plein Nord. Nous allons l’avoir de face puisque notre direction est quasiment plein Nord, vers le Canada.

Nous ne pouvons pas faire d’arrêt sur la côte américaine, nous verrons bien en cours de route.

Ce matin le soleil est de retour, le moral de l’équipage est au beau fixe après les événements de dimanche dernier.

Cependant ,nous avons le regret de ne pas avoir revus nos amis de Salz Point, ce n’est que partie remise…

10 heures 30,

le vent souffle de NE 16 nœuds, nous levons l’ancre. GV + G et bien sur moteur au départ ; Nous descendons Sud dans le chenal de la Chesapeake Bay . Nous connaissons bien maintenant pour y avoir naviguer de nombreuses fois déjà…

Tout au long de la journée jusqu’à environ 22 heures le vent se maintient en NE .Il fraîchit au coucher du soleil, 26 nœuds, phénomène quasiment normal qui se produit généralement au coucher et au lever du soleil.

Comme d’habitude avant la nuit, nous prenons des ris dans la GV . Ce soir ce sera 3 ris ainsi que dans le G.

Le vent de N est arrivé plus tôt que prévu avec 24 heures d’avance.

Il commence à faire un peu froid dans le cockpit, le baromètre sous la capote affiche 14°.

Au fur et à mesure de nos quarts nous nous couvrons de plus en plus. En fait, nous n’avions pas sorti les vêtements de navigation pour le début du grand froid. Nous sommes équipés pour la moyenne croisière, mi saison en mer. Fort heureusement pour nous nos vêtements de navigation sont regroupés dans nos équipées respectives, il nous est facile de trouver ce dont à besoin en pleine nuit.

Mercredi 7 juin,

En début de matinée le vent de N monte jusqu’à environ 28 nœuds, la mer est agitée, le bateau rentre bien dans la vague qui s’accroît aussi.

Dominique prend la météo par satellite, cette situation météorologique devrait perdurer au moins jusqu’à après-demain fin de nuit.

10 heures 30,

nous naviguons depuis 24 heures et avons seulement progressé de 125 MN. Dominique me propose de faire une halte ce soir en territoire américain. Nous pourrons évoquer une panne technique si nécessaire. De toute façon la météo ne va pas s’arranger, la mer va se creuser de plus en plus.

Fort heureusement, nous connaissons pas trop mal cette côte que nous avons parcouru 4 fois sur les 2 dernières années.

Nous allons éviter le mouillage de Cape Maye, qui est très « secure », mais le mouillage est tout juste devant l’école des coasts guards.

Nous nous décidons donc pour le mouillage qui se situe de l’autre côté, celui de Cape Henlopen. Les coasts guards prennent leur poste uniquement en saison estivale entre juin et septembre.

16 heures 25 ,

nous jetons l’ancre sur le mouillage de Breakwater à Cape Henlopen, 38°47’ - 75°06’

Nous venons d’effectuer 160 MN , le vent est de N 20 nœuds, nous sommes bien heureux d’arriver sur une mer plate.

Nous ne pouvons descendre du bateau car nous serions en infraction. Nous nous posons la question de hisser le pavillon jaune mais tout compte fait je dis à Dominique qu’il est préférable de rester discrets. Mieux vaut ne pas attirer l’attention des autorités locales. Dans la nuit nous allons être rejoints par un autre voilier et encore un autre dans la journée du lendemain.

La journée du jeudi 8 juin,

se passe tranquillement à bord, chacun de nous deux vacant à nos occupations.

Dehors, le vent souffle comme prévu. Sur le mouillage nous sommes au calme. C’est un très bon mouillage excepté de fort vent de N dans l’axe du Delaware.

Vendredi 9 juin,

tandis que nous terminons de prendre le petit déjeuner nous apercevons par l’un des hublots le bateau des coasts guards. Il tourne sur l’aire de mouillage.

Ce n’est pas de chance, que va t il se passer ?

Pas de panique, nous restons à l’intérieur du bateau et le suivons d’un hublot à l’autre. Il semble s’approcher de nous lentement puis d’un seul coup d’un seul se dirige vers les chenal . Ouf !!!!

Effectivement, vue de l’extérieur rien ne dit que nous sommes sortant du territoire américain, nous battons pavillon français et pavillon de courtoisie américain. Si nous avions hisser le pavillon jaune, celui qui demande l’autorisation d’entrer peut-être que les coasts guards se seraient rapprocher de nous pour les formalités.

L’essentiel c’est que tout ce soit bien passé, mais nous n’allons pas tenter le diable, n’est ce pas ?

Le vent a changé de direction tôt ce matin, il est de SW, 20 nœuds, nous y allons…

9 heures 30 ,

l’ancre est levée, le cap est mis sur la Nouvelle Ecosse.

En milieu de journée la température remonte, ce n’est plus du vent du N qui souffle mais celui du S. Nous apprécions de nous réchauffer.

La journée et la nuit de navigation se passent pour le mieux. Nous Sommes accompagnés par des familles entières de dauphins, adultes et jeunes. Moins fréquemment nous avons aperçu au loin des jets d’eau de baleines en partance pour le Sud.

Samedi 10 juin, premier jour

Pendant mon premier quart de nuit je m’ennuie un peu lorsque tout à coup je me souviens que certains d’entre vous, mes lecteurs, me demande régulièrement comment ça se passe la vie à bord de Lilopin lorsque nous naviguons plusieurs jours consécutifs.

Voilà je viens de trouver de quoi m’occuper et ça va faire plaisir à certains d’entre vous. Je descends prendre ma caméra. C’est la nuit presque noire mais tant pis je vais essayer. Lilopin glisse tranquillement sur la mer, le vent est à bonne dosse, il ne dépasse les 25 nœuds, vente arrière.

Voici le travail, la vidéo de nos 24 heures à bord ;

 Nos compagnons de croisière : https://www.youtube.com/watch?v=YumlekuUQaU

9 heures 30,

Nous avons avancé de 145 MN , nous naviguons au 255°, le vent est maintenant de S faible avec ses 12 nœuds.

Je sens que Dominique va me dire « si on sortait le spi, ça ira plus vite ?... »

Les équations capitaine/vent , capitaine/mer, capitaine/timing … j’en connais les résultats, cela fait bientôt 14 ans que nous naviguons ensemble.

10 heures 30 ,

le spi est en place, Lilopin s’élance… dans un vent de S 15 nœuds. Le vent montera jusqu’à 22 nœuds, Lilopin filera toujours sous spi.

Ce n’est qu’à

17 heures 15 ,

où le vent continue de monter que nous allons affaler le spi , prendre 1 ris dans le G que nous lançons pour accompagne la GV.

Au coucher du soleil, nous prenons 1 ris dans la GV pour être tranquilles, le vent est toujours de S 25 nœuds et +.

Dimanche 11 juin, 9 heures 30, deuxième jour,

nous constatons 180 MN de parcourus en 24 heures, il nous reste 235 MN pour atteindre la Nouvelle Ecosse.

Dominique a une nouvelle météo par satellite qui confirme la précédente, le vent restera de S/SW jusqu’à notre arrivée au moins. Cependant la force du vent est plus élevée que prévue atteignant et dépassant par intermittence les 30 nœuds.

14 heures 20,

364 MN d’effectués, nous mettons les voiles en ciseaux plein vent arrière SW 29 nœuds.

Dominique sécurise en deux points sur le pont la bôme pour qu’elle ne passe pas de l’autre côté en arrachant tout sur son passage.

Dans l’après-midi « la décision à l’unanimité » est prise , nous allons fermer

partiellement le cockpit pour avoir moins froid. Nous sommes en train de remonter de plus en plus vers le Nord il ne fait pas très chaud 15° à l’extérieur, la mer est à 10/11°.

Nous passerons une nuit que je vais pouvoir qualifier de « douillette »…

Les chaussettes épaisses et les polaires sont sorties.

Lundi 12 juin, 6 heures 20, troisième jour,

Photo : le vent tombe SW18noeuds, nous tournons la clef du moteur (480 MN effectués).

9 heures 30,

il nous reste 64 MN pour atteindte YARMOUTH, en Nouvelle Ecosse. La météo satellite annonce du NW, effectivement en ce moment le vent souffle NW 16 noeuds.

L’objectif de la journée atteindre notre objectif avant la nuit.

Nous n’avons pas trouver de chart pilote concernant la Nouvelle Ecosse. Les seules informations concrètes que nous ayons sont celles de nos cartes nautiques sur GPS et nos recherches faites sur internet, tout en sachant que peu de bateau sont passés dans le coin. Nous sortons des croisières traditionnelles.

Il fait soleil, la journée se passe bien. Les heures passent nous sommes de plus en plus certains d’atteindre Yarmouth avant la nuit.

https://youtu.be/wATFVDPlUYg

 

 

 

Photo : 19 heures 40 , arrivée à YARMOUTH, Nouvelle Ecosse, Canada.

Avis aux navigateurs :

L’arrivée est facilité par le chenal que nous devons suivre. La petite ville, tout de même, capitale, du comté n’apparaît qu’au bout d’un bon quart d’heure de navigation dans le chenal derrière une presqu’île surplombée de 2 grosses réserves blanches de fuel, pas très joli !

Photo : Nous arrivons dans un port essentiellement de pêcheurs plutôt industrialisé.

Photo : Il y a aussi le quai du ferry , le « Cat » qui fait la navette entre l’état du Maine (Portland) aux Etats-Unis et La Nouvelle Ecosse l’un des comtés du Canada. Celui-ci était notre voisin lorsque nous étions à Portland, l’an dernier, c’est pour cela que nous le connaissons.

Nous progressons doucement avec la marée montante.

Photo : Sur notre droite une petite marina, mais vraiment petite, il y a un voilier et 4 petits bateaux à moteur.

C’est KILLIAMS Marina,

tél . 902 740 4780 , killiambrosmarina.com (43°50’N-66°7’W) profondeur 14 pieds .

Il y a un ponton pour le gas-oil et essence. Les facilités traditionnelles ; WC/douches (que nous n’utilisons pas), le WIFI , code d’accès Killiams2016, il fonctionne très bien.

L’ancre est jetée ;

Photo : Distance parcourue depuis Hampton, Chesapeake Bay, Virginie, USA 733 MN .

Temps 3,5 jours.

 

Photo :

A savoir que le Port de Yarmouth figure parmi les quelques ports d’entrée du Canada situés sur la région de la Nouvelle Ecosse.

 

Photo :

Les formalités :

avant le départ de France j’avais téléphoné aux customs canadiennes basées à Toronto, car je ne trouvais dans toutes les informations données par internet la réponse concernant l’entrée de bateau privée. Après cet entretien téléphonique j’étais certaine de ne pas devoir demander un visa pour nous les passagers ainsi que le « CANPASS » , droit de navigation pour le bateau. Tous ces documents se feraient sur place.

Mardi 13 juin au matin nous abordons le ponton d’accueil de la marina et passons pr l’intermédiaire du maître de port pour faire venir les customs à bord, selon les us et coutumes locales.

Que se passe t-il , pour l’entrée sur leterritoire?

2 customs montent à bord de Lilopin.

- les passeports

- les papiers du bateau

- la clearance de sortie des Etats-Unis

nous sont demandés.

Les passeports sont tamponnés pour une période de 6 mois renouvelables .

Photo : Les papiers du bateau leur permettent d’établir le « CANPASS », il nous sera demandé d’afficher le document sur une partie visible du bateau de manière à ce que la custom sur l’eau ou à quai puisse le contrôler. Ce CANPASS est gratuit.

 

La clearance nous sera rendue. Il est clair que lorsqu’on arrive des Etats-Unis (avec un visa américain et une crusing licence...)les pays voisins sont tout de même rassurés. Ils se disent que nous avons été passés « au peigne fin ».

Cependant, ils nous ont demandé de voir les alcools que nous avions à bord. Sur le moment nous n’avons pas compris leur insistance à ce sujet, mais lorsque nous sommes allés dans un magasin de spirits pour aller acheter du Whisky nous avons compris. Ici, l’alcool est hors de prix. Le prix le plus bas pour un alcool dit fort est d’environ voir plus de 50 $CAN,

Lorsque j’ai ouvert le bar de Lilopin, le custom a compté les bouteilles, effectivement il y en avait pour environ 500 $CAN peut-être un peu plus. Ensuite il m’a demandé si nous avions du vin, je lui ai répondu que « oui, pour notre consommation », ici la plus petite bouteille de vin coûte dans les18 ou plutôt au dessus des 20 $CAN.

Quant en ce qui concerne la nourriture dès l’instant où nous leur avons dit qu’elle avait été achetée aux USA tout allait bien. Ils nous ont tout de même fait préciser que nous n’avions rien amener de France.

Pour terminer ils nous ont posé des questions sur notre venue au Canada, combien de temps comptions nous y rester, où pensions nous naviguer et nous arrêter…

Que se passera t-il pour la sortie du territoire ?

Rien à faire !!! On s’en ira c’est tout !

La sortie est faite en même temps que l’entrée.

 

Maintenant vous en savez autant que nous.

LILOPIN sur son mouillage en centre ville :

Photo :

 

 

 

 

 

Photo :

Je vous dis à bientôt, nous allons partir visiter l’ACADIE. Nous sommes dans le fief acadien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de DoMa
  • : Une femme qui navigue depuis bientôt 25 ans sur la quasi totalité des mers du globe. "C'est dans les revues spécialisées "bateaux et navigations" que j'ai commencé à apprendre à connaître la mer" répondait-elle au journaliste de la revue Voiles et Voiliers... Puis sa rencontre avec son mari Dominique, professionnel de la voile lui a permis de réaliser l'un de ses rêves, celui de traverser l'Atlantique (première traversée en 2008)... Depuis plusieurs années d'autres trans-atlantique et toujours plus de milles sur les mers afin d'atteindre de nouveaux lieux à la rencontre de leurs habitants. Elle conclura en s'appropriant la maxime d'Aristote ; "il y a 3 sortes d'Êtres Humains, les Vivants, les Morts et Ceux qui vont en mer"...
  • Contact

Recherche