Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 20:34

Mardi 31 juillet ,

6 heures 40, départ de YARMOUTH, Nouvelle Ecosse, CANADA 43°50’-66°07’

arrivée

Mercredi 1er . août,

à 7 heures 20

à ROCKLAND, Maine, USA , 44°06’-69°06’

à 138 MN/Cumul 1,116,5 MN

Avis aux navigateurs :

Appel des douanes :

Nous arrivons directement sur le ponton d’accueil de la marina habilitée à faire les formalités douanières d’entrée sur le territoire américain.

11 heures 35 la custom est là sur le ponton, je lui propose de monter à bord, telle est l’habitude, il me répond « non, non, apportez moi vos passeports « . Sur cet échange peu commun voir unique en son genre...car les customs s’empressent généralement de monter à bord après avoir demander l’autorisation par pure politesse, Dominique arrive et se voit inviter de suivre notre douanier jusque dans les bureaux de la marina. Étrange procédure que celle-ci. Un moment plus tard Dominique revient au bateau en me disant que tout a changé.

La cruising licence existe toujours (elle a augmentée, elle coûte maintenant 19 $US) mais sous la forme d’une clearance d’entrée seulement .

Les formalités sont réduites au minimum. Il nous a été rapporté que l’on pouvait aller sur le site internet de la douane et compléter en ligne un document d’entrée qui nous arriverait directement dans les bureaux de notre lieu d’arrivée de manière à préparer notre entrevue physique avec les autorités . Ceci ressemble à l’échange (n°1) téléphonique que nous avons avant que la douane pour leur dire que nous arrivons et que l’on souhaite faire nos formalités. . A ce moment là nous leur donnons de nombreux renseignements afin qu’elle puisse nous retrouver dans les archives et faire toutes les vérifications nécessaires (bateau, passeport, visa, etc.).

Tout change, rappelez vous nous avons effectué notre sortie du territoire par simple appel téléphonique sans nous rendre dans un bureau de douane qui nous donnait un document de sortie signé et tamponné…

C’est mieux ainsi, c’est beaucoup plus simple !

Cf. blog : http://:http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-3-rockland-harbor-capitale-du-homard.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2017/09/marie-raconte-son-retour-aux-usa-maine.html

Mardi 31 juillet, 6 heures 40 (heure canadienne -5),

la météo n’est pas très bonne mais bien meilleure que celle annoncée pour le milieu et la fin de la semaine. Nous en avons vraiment assez de vivre dans ce brouillard, nous décidons de quitter Yarmouth même si la météo est médiocre. De toute façon le vent est favorable et ceux que pour cette journée et la demie journée de demain, après c’est du vent contraire et de la pluie sans même parler du brouillard…

 

Nous relevons les 2 ancres sans problème, il fait soleild. Le relevage du mouillage terminé nous sommes une nouvelle fois dans la brume Nous sortons du chenal de Yarmouth au son de la corne de brume et radar.

La journée a démarré et se poursuivra dans la brume, certes ce n’est pas un brouillard épais mais nous resterons toute cette journée du lundi et la nuit en vigilance .

LILOPIN au quai de Rockland  :

Séjour à ROCKLAND :

nous y retrouverons nos amis Jacky et Philippe. A ce sujet je vous invite à aller sur le site de leur galery d'art , "ça vaut la peine de prendre son temps  pour y passer un agréable moment" :https://www.guillermsculptures.com/  Philippe Guillerm/wood sculptures/United State

Sur cet excellent repas de homards je vous dis à bientôt !

Partager cet article
Repost0
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 21:22

 

 

Dimanche 15 juillet,

5 heures 10, départ de PROVINCETOWN 42°02’-70°11’

arrivée

Lundi 16 juillet,

à 15 heures 45

à YARMOUTH, Nouvelle Ecosse, CANADA 43°50’-66°07’

à 236 MN/Cumul 978,5 MN

 

Avis aux navigateurs :

Appel des douanes : 1 888 226 7277 (appel payant)

En arrivant dans la baie il suffit de prendre contact avec la marina au 902 740 4780/0375

Se présenter au ponton.

Le maître de port pourra vous aider éventuellement pour prendre contact avec la douane.

Cf. blog :http://domacaraibes.over-blog.com/2017/06/marie-raconte-l-acadie.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre radar a fonctionné toute la traversée...

 

 

Ce que l'on voyait depuis le cockpit...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous resterons ici, à YARMOUTH, les 14 jours obligatoires pour effectuer la sortie annuelle des eaux territoriales américaines.

L’an dernier nous avons parcouru 1,133 MN entre la Nouvelle Ecosse et Terre Neuve.

Cette année ce sera « relax » d’autant plus que la météo est des plus mauvaises. Il y a « anormalement » du brouillard.

Les 14 jours que nous y passerons auront été quotidiennement passés dans un épais brouillard.

 

 

Vue depuis le mouillage...

 

 

Promenade dans le brouillard : 

https://youtu.be/SF94SXtZKSI

Mais lorsqu'il fait soleil c'est très beau : https://youtu.be/Z22ys8Dzd7s

 

Depuis Yarmouth vers Long Island :

Pour arriver sur Long Island, nous prenons le petit ferry (7 $CAN aller/retour)

Sur la trace des coyottes :

 

En direction de la Baie de Fundy vers 

Images de l'île :

On mange bien ici...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis retour sur le continent à Digby ,

Digby est une ville du sud - ouest de la Nouvelle Ecosse La ville est située sur la rive ouest du Bassin d'Annapolis, près de l'entrée de Digby Gut , qui relie le bassin à la baie de Fundy .

Nommé d'aprèsl'amiral Robert Digby , la ville est célèbre pour sa flotte de pêche au pétoncle et pour le service de traversier vers Saint Johns de l'autre côté de la Baie de Fundy.

 

Promenades dans les abords de la ville de Yarmouth,

cuisine à bord , tarte à la rhubarbe du pays

 

 

 

 

et découverte de la râpure ,

 

 

 

 

 

 

 

 

Le marché paysan du samedi matin    

https://www.youtube.com/watch?v=ph3Ry7CFTcw

Un séjour dans le brouillard mais agréable tout de même ! 

La prochaine fois, nous nous retrouverons de l'autre côté de la baie de Fundy sur le continenet américain, dans le Maine...

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 20:07

CB 020 SEPTEMBRE 2017

De la NOUVELLE ECOSSE, Shelburne

aux USA, Maine, North Haven

 

Nous venons de passer plusieurs jours à Shelburne en compagnie de notre ami Joe. Nos chemins vont se séparés. Nos bateaux vont prendre chacun leur destination vers le continent américain.

Une nouvelle fois, nous sommes en attente « d’une bonne » météo. Le capitaine pense que nous allons devoir nous contenter « d’une meilleure » météo tout simplement.

Nous mettons cette attente au profit de l’amitié (entre les équipages de Carmen et de Lilopin) renforcée par les navigations et découvertes communes.

Au soir du 5 septembre, d’un commun accord les deux capitaines prennent la décision que le départ ce sera demain même si le vent n’est pas très favorable, sinon nous allons devoir attendre encore plusieurs jours.

 

 

 

Mardi 6 septembre, 5 heures 55,

L’ancre est levée dans la brume. Dominique appelle Joe à la VHF pour un dernier « au revoir » et savoir l’heure à laquelle il pense partir à son tour. Nous avons décidé de rester en contact VHF le plus longtemps possible.

La météo n’est pas aussi bonne que nous pourrions le souhaiter. Dominique me dit que la brume va se lever, je ne le pense pas. Plus nous avançons dans le chenal plus la brume épaissie. Mais nous sommes partis avec l’intention d’avancer sinon nous prenons le risque de rester une nouvelle fois bloquer pour plusieurs jours.

Nous avons la GV avec 2 ris et avançons au moteur. Les cloches des bouées que nous passons teintent. Personnellement, ce son de cloche m’angoisse lorsque autour de moi je ne vois plus rien ou quasiment plus rien. Devant nous une corne de brume signale un bateau de pêche. Le capitaine de Lilopin lui répond. Il ne nous reste plus qu’à espérer que la brume ne se transforme pas en brouillard. « L’espoir fait vivre » mais ce n’est pas toujours vrai. La brume va bel et bien devenir brouillard. Dominique toujours rassurant me dit qu’il y voit encore à 1 MN.

La voix de Joe déchire le brouillard, il est derrière nous à quelques MN.

Nous allons échanger quelques fois puis nous perdons rapidement le contact, nous terminons par SMS sur nos cellulars.

Le brouillard ne se lève pas, la mer se creuse, le vent est de SW21 nœuds.

9 heures,

le soleil arrive , le brouillard disparaît, quelle joie. Mais cela durera qu’une petite demie-heure.

9 heures 34,

le vent de SW monte pour atteindre 32 nœuds, nous sommes sous GV 2 ris + G 2 ris, nous venons d’avancer de 23 MN.

Les heures passent et le brouillard devient de plus en plus épais. Nous entendons des cornes de brume, pas très loin de nous il y a des bateaux de pêche.

Je reste les yeux figés sur le radar tandis que Dominique surveille à la barre notre avancée.

Après le repas de midi, je descends à l’intérieur faire une petite sieste. Pendant ce temps Dominique commence à avoir des soucis avec le pilote automatique.

15 heures 20,

Dominique redémarre tous les instruments de bords. En me réveillant je lui demande ce qui se passe. Sa tête en dit suffisamment pour savoir que nous avons un problème et qu’il n’en connaît pas la cause. Il me dit que le pilote automatique est en panne et qu’il vient de faire le tour des premières possibilités de panne et que malgré cela le pilote ne veut plus rien savoir.

Dominique barrera jusqu’à notre arrivée , le lendemain midi.

Nous passerons la nuit ensemble. Dominique ne dormira quasiment pas, quant à moi je vais dormir par tranche de 20 minutes afin de lui tenir compagnie (sur la durée) pour qu’il ne s’endorme pas . Pendant ce temps je scrute le radar et prépare régulièrement café, thé et petits encas.

Le vent souffle toujours de SW sans faiblir. Il se maintient entre 30 et 25 nœuds avec des raffales à 40 nœuds. Toujours dans le brouillard. La corne de brume dans la nuit est d’autant plus stressante. Nous avons le passage entre la Nouvelle Ecosse et les Etats-Unis (au Sud de la Bay de Fundy) à traverser il y a de la circulation de gros bateaux de commerce.

Jusqu’au milieu de nuit nous ne savons toujours pas où nous allons arriver. Notre point d’arrivée dépend du vent et des vagues. Nous pensions à Bar Harbur ou bien à Rockland dans l’état du Maine. Quoiqu’il en soit nous connaissons assez bien les 2 arrivées pour y avoir séjourné l’été dernier.

Jeudi 7septembre, 6 heures,

une forte pluie vient se rajouter au brouillard, nous ne voyons toujours rien au dehors.

Le capitaine toujours à la barre, nous nous dirigeons vers Rockland. Mais nous pensons nous arrêter quelques milles plus tôt (12 MN) (dans un mouillage très abrité que nous connaissons à North Haven. Ce seront toujours 12 MN de moins à parcourir.

10 heures 45 ,

nous approchons la côte pour atteindre le chenal d’entrée. Ici, les écueils sont nombreux (rochers, hauts fonds et buoys sans parler des bateaux de pêche). Sur l’ordinateur du bas j’ai la trace de l’an dernier et le radar pour avancer. Dominique toujours à son poste de capitaine.

La corne de brume fonctionne régulièrement pour répondre. Puis sans savoir pourquoi en un temps très rapide le brouillard se lève et nous retrouvons le magnifique paysage de Noth Haven.

12 heures 20,

l’ancre est jetée. Nous sommes à l’abri du vent qui continue de souffler SW 15/20 nœuds. Le mouillage est calme. Nous sommes heureux d’être arrivés.

Notre traversée s’est passée sans encombre à l’exception du pilote automatique que Dominique réparera avant la nuit tombée.

44°07’ - 68°51’

 

Il s’agissait d’une toute petite soudure qui a cassée…

La nuit tombe Lilopin est serein et heureux, c'est une nouvelle aventure qui se termine bien.

 

Avis aux navigateurs :

mouillage : très abritée

cf. carnet de bord http://domacaraibes.over-blog.com/2016/08/marie-raconte-son-maine-7-retour-vers-le-sud-stonington-et-north-haven.html

 

Aujourd’hui, l’équipage reste à bord car nous devons faire nos formalités d’entrée aux Etats-Unis. Mais malheureusement, il n’est pas possible de les faire ici, nous devons aller à Rockland, comme nous l’avions prévu. Nous ne mettons pas notre pavillon jaune pour ne pas attirer l’attention et tenons le pavillon français attaché.

Nous sommes fatigués, nous verrons tout cela demain en arrivant à Rockland.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 20:05

carnet 019, août - septembre 2017

de HALIFAX

à LUNENBURG

LA HAVE, Port MOUTON et SHELBURNE

à lire aussi :

LA HAVE :http://domacaraibes.over-blog.com/2017/07/marie-raconte-sa-croisiere-au-canada-nouvelle-ecosse-de-shelburne-a-halifax.html

SHELBURNE : http://domacaraibes.over-blog.com/2017/06/marie-raconte-sa-croisiere-au-canada-nouvelle-ecosse-dans-le-comte-de-shelburne.html

 

Nous venons de dire au revoir à nos amis canadiens. Joe 

Joe est devant nous, il est prévu de nous retrouver avant que nous traversions chacun de notre côté vers les USA. 

Lundi 28 août, 6 heures 30,

nous levons l'ancre, nous avons décidé de nous arrêter à moins de 50 MN d'ici à LUNENBURG. Nous n'avions pas vraiment eu le temps de nous y arrêter à l'aller.

Le vent est de N très faible, il fait beau et presque chaud... c'est dire !

13 heures30,

arrivée à destination, 44°22'  -  64°18'

Avis aux navigateurs :

mouillage,

pas facile il y a beaucoup de bouées.

annexe :

au ponton municipal

avitaillement :

aucun

LILOPIN au mouillage entre la ville de et le golf .

LUNENBURG est une petite ville portuaire du comté de Lunenburg, située sur la rive Sud de la province.

Ce sont les 3 pères fondateurs, Patrick Sutherland, Dettlieb Christopher Jessen et John Creighton qui ont créés cette ville 4 ans plus tard après Halifax pendant la guerre du père Le Loutre.

Luneneburg a été l’une des premières tentatives britanniques de colonisation par les Protestants en Nouvelle Ecosse. Ils souhaitaient déplacer les Mi’kmaq et les catholiques acadiens.

Depuis 1995, la ville est déclarée patrimoine mondial de l’unesco .

.

Lunenburg, avec ses environs, possède son propre dialecte distinct, connu sous le nom«lunenburg english» influencé à la fois par l’anglais de la Nouvelle Angleterre et par l’allemand.

Maisons de Lunenburg :

Un petit tour de ville :

N'oublions surtout pas le...

Bluenose était une goelette de pêche et de course construite en 1921.

Stamp Canada 1929 50c Bluenose.jpg Devenue très vite une icône provinciale pour la Nouvelle Ecosse et un symbole canadien important dans les années 1930.

ci-dessus timbre de 1929

Elle servira de navire de commerce jusqu’à ce qu’elle soit détruite en 1946. Surnommée « la Reine du Nord Atlantique ». La copie actuelle « Bluenose II » a été construite en souvenir en 19663.

« Bluenose » est à l’origine le surnom donné aux Néo-Ecossais dès la fin du 18° siècle.

Mardi 29 août, 9 heures 45,

Nous décidons de repartir dès le lendemain matin en destination de LA HAVE

La météo n’est pas très bonne. Un fort vent est attendu, en bas dans les Caraïbes il y a le cyclone Maria. Je pense que nous allons avoir du mal pour traverser les États-Unis.

Nous devons nous tenir prêts dès que le vent et la mer le permettront.

La Have est un excellent abri pour mauvais temps.

Nous ne savons pas jusqu’où va monter le cyclone actuellement présent sur le N caraïbes. Les américains le font monter sur la côte Est des États-Unis en notre direction. Il devrait aller vers l’E dans l’Océan mais ils parlent tout de même du fait que New York pourrait avoir des conséquences.

11 Heures,

nous arrivons sur le mouillage que nous connaissons, celui de notre dernier passage.

44°17’ 64°20’

 

Nous allons rester ici 48 heures, le temps de voir ce qui se passe réellement au niveau de la météo.

Effectivement, le vent va monter mais depuis notre mouillage nous ne ressentons pas grand-chose. Nous sommes comme dans un abri cyclonique très bien abrités.

Lire CB précédemment cité.

Promenades :

Cette fois ci nous allons remonter la rivière en annexe pour arriver dans cette petite marina. Depuis l'entrée tout est très bien abrité de toutes les directions de vent.

Ici aussi nous avons nos habitudes , c'est le seul commerce à l'exception de la galerie d'art et du phare, c'est très original, à vous de voir;

Une salle de restaurant peu commune ;

Rencontre :

lors d’une promenade nous avons rencontré un vieux monsieur. Lui et sa femme ont navigué pendant 50 ans un peu partout dans le monde.

Lorsque nous sommes passés devant lui,Dominique et moi étions en train de nous parler en français. C’est ce qui a attiré l’attention de ce monsieur sur nous. Il s’est rapidement avancé en nous disant « bonjour », c’était un bonjour sans accent …

Puis nous demande si nous sommes canadiens ou français. Nous lui répondons que nous sommes français, du S de la France. A ce moment là, quelle ne fut pas son émotion.

« Ce n’est pas possible », nous dit-il. Et poursuit en nous racontant son histoire qui est celle-ci ;

« en 1954, à l’âge de 17 ans je suis partis pour l’Europe, je suis arrivé tout à fait par hasard à Sète. J’ai trouvé du travail puis je me suis acheté mon premier voilier.

Cependant ? Nous ne savons pas comment il s’est marié, sa femme étant aussi américaine, bref, il continue ;

« depuis cette époque , j’ai fait le tour du monde accompagné de ma femme, Imaginez vous nous avons navigué 50 ans ». Maintenant il y a un peu d’une dizaine d’années que nous sommes venus en vacances ici, à La Have. Ma femme et moi sommes tombés amoureux de cette presqu’île et surtout de notre maison qui à ce moment là était à la vente depuis plusieurs années sans acheteur.

Il terminera en nous disant qu’il est désolé pour sa femme qui est partie aux courses, « elle aurait été tellement heureuse de vous rencontrer ».

Nous échangeons encore quelques phrases jusqu’au moment où il nous dit que sa femme lui a laissé quelques taches ménagères à faire avant son retour et qu’il doit aller les faire sinon « la patronne ne sera pas contente »…

Nous nous disons au revoir et enchantés d’avoir fait connaissance.

Vendredi 1er. Septembre, 6 heures 10,

Au niveau météo ça semble plutôt mieux que prévu. Le vent se lève de direction W, 25 nœuds, ce n’est pas bien du tout, nous décidons rapidement d’aller nous mettre au mouillage le plus proche dans les meilleures conditions possibles.

Ce sera une petite étape de 37 MN.

Nous arrivons pour le repas de midi à PORT MOUTON .

43°54’ 64°49’

Le vent augmente de plus en plus mais le mouillage est très bien abrité par vent d’W.

J’ai mis 50 mètres de chaîne pour 7 mètres de fond.

Samedi 2 septembre  , 6 heures 05,

nous reprenons la mer, nous serons à Shelburne pour midi.

Le vent est toujours d’W, 10/15 nœuds, le soleil brille nousavancons.

Effectivement, nous arrivons pour le repas de midi.

Nous jetons l’ancre sur notre précédent mouillage à côté de Carmen, Joe est là il nous attend. Il arrive en annexe vers nous.

Nous sommes heureux de nous retrouver. Cela fait une dizaine de jours que Joe est parti .

43°45’ 65°19’

 

 

Nous allons rester à SHELBURNE 4 jours dans l’attente d’une bonne météo afin de traverser vers le continent américain.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 20:02
carnet 017
de
à Port Howe , BackCove , Pyches Cove
de retour à Halifax.

 

Après une agréable après-midi passée sur Isle Madame, nous reprenons notre croisière en direction d’Halifax.

Vendredi 18 août 8 heures 50,

La journée de navigation sera animée.

Certains pensent que la navigation est chose facile et que l’on vit sur un un bateau comme on pourrait le faire dans une maison à terre, il n’en est rien. Ce type de situation est fort désagréable pour tous à bord, mais que faire... 

Il est évident que ce jour là les vagues arrivaient de partout à la fois .

Nous avons démarré avec un vent de direction NW 15 nœuds. Mais au fur et à mesure de notre avancée le vent W est passé en SW et monté jusqu’à 42 nœuds avec des rafales à 50.

Cette direction de vent et sa force n’étaient pas prévus par les bulletins météo qui eux prétendaient qu’il soufflerait de N à 20 nœuds. Encore « merci » !!!

Sans ce petit malaise de l’un de nos convives tout s’est très bien passé.

Nous sommes arrivés dans un magnifique mouillage, sans vent et sans vague.

Nous sommes allés tout au fond de ce mouillage en laissant l’Océan derrière nous. D’ailleurs, très vite nous ne l’apercevrons même plu.

16 heures 05,

l’ancre est jetée à Port Howe. Nous avons effectué 39,4 MN, si peu de miles pour autant de temps de bousculade...

45°14’ - 61° 05’

Mouillage de LILOPIN :

Avis aux navigateurs :

Ici , il n’y a rien que de la nature et du silence. Super ! Non !!!

Cependant, très bon mouillage surtout lorsque c’est agité en mer.

 

Dès notre arrivée sur les lieux nous avons été plusieurs à « lorgner » les 2 petites « so cute » maisons construites dans la forêt pas très loin de notre mouillage.

Malade et enfant restent à bord pour une bonne sieste tandis que nous autres 4 partons àla découverte de nos maisons.

Les accès n’en seront pas faciles, mais que voulez vous « l’aventure c’est l’aventure »…

 

Après cette navigation agitée nous allons prendre du bon temps. Tout juste à côté de notre mouillage dans la fôret il y a une vieille maison abandonnée. 4 d'entre nous se préparent pour descendre à terre.

Voilà, ce que nous y avons vu ;

Vue sur Lilopin 

Une fois cette visite terminée nous avons continué plus loin et sommes allés en visiter une autre. Qui peut bien venir ici. Le seul accès de ces maisons est celui depuis la mer. Ce qui habitaient ces maisons semble être partis rapidement...

La nuit arrive bientôt, nous retournons sur Lilopin sous un ciel assez théâtral, ne pensez vous pas ?!!!

 

  PORT HOWE

se situe dans a province du Comté de Cumberland.

Port Howe doit son nom à l'amiral de la marine britannique, HOWE (1726-1799)

 

Vendredi 18 août, 8 heures 50,

Tout le monde est frais et dispo, c’est reparti en destination de Back Cove.

Fort heureusement la journée de navigation sera beaucoup plus calme, même si le mal de mer a repris pour l’une d’entre nous . Mais la vie de marin c’est ça aussi parfois !!!

Le vent est W très faible au départ puis montant dans la matinée de manière à ce que nous prenions 2 ris dans la GV et 3 ris dans le G.

Nous arrivons Back Cove en ayant parcourus 59,3 MN.

à 20 heures 15, 44°52’ - 62°23’

Avis aux navigateurs :

mouillage :

très tranquille bien abrité

annexe :

au ponton de particuliers, il suffir d’aller demander l’autorisation aux propriétaires du ponton et c’est bon. Cependant, si vous ne le faites pas vous prenez le risque d’avoir des problèmes avec la police ou qui d’autre...c’est l’Amérique, il ya une procédure pour quasiment tout.

Avitaillement :

rien

Pour l’anecdote :

nous avons marché 7 kilomètres aller puis 7 kilomètres retour ( les plus fatigués sont rentrés en stop) pour aller manger une poutine . Il fallait en avoir envie. En fait, cela nous a occupé une grande partie de la journée.

Inutile de vous dire que tout le monde a bien dormi.

Samedi 19 août, 9 heures 20 ,

nous levons l’ancre en direction de Pyches Coves car le temps passe nous devons impérativement amener nos hôtes à Halifax  pour prendre leur avion de retour.

Aujourd’hui, le vent est de S 14 nœuds, nous avançons GV et moteur. Rien de bien spécial. Le ciel est s’assombri, il finira par pleuvoir en début d’après-midi, au moment , où nous arrivons sur notre mouillage  13 heures 30,

44°56’ 62°48’

Avis aux navigateurs :

mouillage isolé ! Rien !

Lundi 21 août, 6 heures 10

La navigation n'a pas été facile pour nos hôtes. Les citadins ont très souvent beaucoup de mal à s'adapter à la vie en mer. Pour le moment on ne trouve pas encore d'îles avec musées ,  bibliothèques ou cinés... pourquoi pas dans un prochain avenir...

Sans compter que la Nouvelle Ecosse est une destination  privilégiée pour les amoureux de la nature avant toute chose...

Fort heureusement la journée de navigation a été bonne.

14 HEURES 05 , 44°38’ 63°36’

nous arrivons devant l’appartement de notre ami canadien Bob au grand soulagement de tous.

Le timing est tenu, l’équipage et ses passagers tiennent encore debout…ce sera avec une certaine hâte , celle de retrouver au plus vite "la terre ferme" que nos hôtes débarqueront pour aller prendre leur avion...

Quant à nous , nous retrouvons avec grand plaisir nos amis canadiens avec lesquels nous passerons de nouveaux très agréables moments.

 

A très bientôt pour reprendre notre navigation vers le Sud de la Nouvelle Ecosse.

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 21:39

CB 016 AOÜT 2017

De SAINT PETER’S village

à Isle MADAME

 

Après une bonne soirée concert au pub du village ainsi qu’une bonne nuit au calme nous repartons vers l’écluse afin de sortir du Lac du Bras d’Or pour regagner l’Océan et atteindre ISLE MADAME.

Mercredi 16 août, 8 heures 30,

Une journée intéressante pour nos invités puisque nous allons faire ouvrir un pont et passer une écluse.

Channel 10 pour contacter les autorités.

Dès notre départ du mouillage, le capitaine appelle les autorités pour l’ouverture du pont et le passage de l’écluse, nous allons attendre un petit quart d’heure pour que le pont s’ouvre.

Pendant ce temps Dominique et moi préparons les amarres et les pare battages pour lesquels les cousins nous prêteront mains fortes.

Tout est en place. Avant de nous engager, je reprends contact par VHF pour être sûr que nous puissions nous engager dans le canal et arriver devant l’écluse ouverte.

Vidéo / https://www.youtube.com/watch?v=wPOivVkSU70

9 heures 20 ,

nous sommes de nouveau dans l’Océan. Il y a peu de vent.

9 heures 45 , l’ancre est jetée, sur le mouillage « Descousse », 45°35’ - 60°57’

A l’heure du repas de midi, Joe arrive et jette son ancre à côté de nous.

Nous allons nous retrouver à terre pour faire une agréable ballade en voiture et à pieds.

Avis aux navigateurs :

Mouillage :

à l’ancre ou à l petite marina.

Annexe :

à la marina

Avitaillement :

aucun, une voiture est nécessaire mais il n’y a pas de loueurs.

WIFI :

à la marina ou au pub.

 
Après la sieste des capitaines nous partons visiter l'île :

 

La serveuse du Pub nous prête sa voiture pour aller nous promener.

Nous décidons d'aller à Cap AUGET :

Vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=pwIZG8krjjc&index=3&list=UUlTuJFyHTPSornpMPylds6w

Une belle rando à faire, facile avec des très beaux paysages.

Demain, c'est le départ vers  ¨Port Howe.

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 20:39

CB 015 AOÜT 2017

De BADDECK

à Marble mountains , SAINT PETER’S village

à lire aussi : http://domacaraibes.over-blog.com/2017/07/marie-raconte-sa-croisiere-au-canada-nouvelle-ecosse-arrivee-au-lac-du-bras-d-or.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2017/07/marie-raconte-sa-croisiere-au-canada-nouvelle-ecosse-baddeck-et-cap-breton.html

Les cousins ont embarqué . Nous retrouvons un bateau américain rencontré au village de Grand Bruit à Terre Neuve, son équipage nous dit qu’il va rejoindre prochainement la même destination que la notre, celle d’Halifax. Pour nous ,maintenant 6 à bord il est impératif de rejoindre Halifax car les cousins doivent y prendre leur vol de retour pour la France, nous avons 8 jours devant nous.

Lundi 14 août , 8 heures 35 , c’est reparti !

Le vent est de SW 25 nœuds, bon départ pour les cousins qui ne connaissent pas la mer. Fort heureusement le Lac est rassurant pour eux.

La première journée est intéressante car nous avons le pont de Iona à faire ouvrir.

Pour appeler les autorités : channel 10

Le passage s’effectue dans de très bonnes conditions, la journée se poursuit sous GV 2 ris + G.

L’eau du lac est calme, il fait soleil, nous arrivons à

MARBLE MOUTAINS vers 14 heures 15, nous venons de parcourir 32,4 MN , 45°49’ - 61°02’

Nous passons une agréable nuit, calme.

Mardi 15 août, 9 heures 20

tout le monde est prêt à bord, le petit déjeuner terminé, c’est le départ pour Saint Peter’s village où nous allons rejoindre Joe qui nous a précédé de 48 heures sur le départ.

Il fait toujours beau, nous avons beaucoup de chance, il n’y a pas de vent, nous glissons sur le lac pour arriver au mouillage devant la marina Saint Peter’s au village même. Joe est là il vient à notre rencontre en annexe.

L’ancre est jetée, il est 10 heures 10, 45°39’ - 60°52’.

Avis aux navigateurs :

Mouillage :

possibilité à l’ancre, sur bouées ou à la petite marina.

L’annexe :

à la marina, gratuitement.

Avitaillement :

plusieurs magasins au centre du village.

Wifi :

à la marina ou au village .

 

Soirée au pub de Saint Peter's village :

vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=bF5ttVX-MKc

Aprèsune bonne nuit de sommeil, Capitaines, équipage et invités  reprennent la navigation . La prochaine destination étant celle de l' ISLE MADAME, à l'extérieur du Lac du Bras d'Or, nous allons quitter Cap Breton.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 18:39

CB 012. de Port aux Basques

à ROSE BLANCHE

juillet – août 2017

 

Nous venons de passer un court séjour à Port aux Basques mais maintenant nous devons penser à partir si nous voulons un peu explorer la côte SE de Terre Neuve.

Notre ami Joé a pris de l’avance sur nous , nous allons le rejoindre à ROSE BLANCHE.

Lundi 31 juillet, 9 heures 30

nous levons l’ancre en prenant la direction du quai municipal pour aller y faire de l’eau, laver le pont et surtout pour descendre à terre aller y acheter des lobsters (homards) et des coquilles Saint Jacques.

Le distributeur et exportateur (CODROY SEEFOODS Inc.)se trouve en face du quai sur lequel nous nous allons. Il est intéressant de savoir qu’au moment même où nous sommes en train de faire nos achats un bateau de pêche. Nous assistons à la pesée de sa pêche. Nous attendrons une petit quart d’heure, celle-ci terminée le patron part nous chercher les homards vivants dans l’entrepôt situé un peu plus loin. Les homards vivants arrivent dans leurs sacs(leprix est de 9,50 $CAN/Livre). Le patron me propose d’ouvrir son énorme congélateur dans lequel je vais pouvoir choisir les coquilles Sait Jacques ainsi qu’une poignée de filets de morue. La facture réglée mon sac de courses se voit alourdi par un très gros morceau d’aile de raie. Tout content il me montre une photo accrochée au mur, c’est une très grosse prise, une énorme raie.

11 heures 35, notre avitaillement en eau et en poissons étant terminé nous quittons Port aux Basques.

Le vent est comme toujours de SW environ 12/18 nœuds, le soleil brille. Cependant , le vent monte progressivement jusqu’à 33 nœuds en début d’après-midi .

A l’approche de Rose Blanche, nous appelons Joé par VHF pour savoir où il se trouve afin de le rejoindre. Il nous dit qu’il est au ponton situé dans le village. L’approche est délicate car il y a des hauts fonds un peu partout. Dans la passe l’anémomètre indique 33 nœuds de vent.

Devant nous une toute petite entrée de port. Joé nous dit qu’il y a de la place pour Lilopin, nous nous engageons. Effectivement nous allons pouvoir nous y glisser entre une grand bateau de pêche et le sien.

Les amarres sont jetées, il est 15 heures 25, 47°36’ 58°41’.

Nous avons effectué 21,6 MN.

Avis aux navigateurs :

Place au quai :

Nous verrons le maître de port seulement après 2 jours. Il va nous demander 20 $CAN pour 3 nuits en bonus la possibilité de se raccorder l’électricité.

Avitaillement :

une toute petite supérette où l’on y trouve l’essentiel.

Bien évidemment la poste,

Location de voiture :

aucune possibilité d’autant plus que la route s’arrête ici dans ce village. Il n’y a plus aucune route sur la côte SE.

- au Bed and Breakfast qui donne directement sur le quai. Personnellement, si vous pouvez éviter d’y aller vous ne vous en porterez pas plus mal. L’accueil est assez désagréable de plus toutes les consommations sont chères et je ne parle même pas du prix du plat de soupe ou plutôt de l’assiette d’eau grasse ou flottait quelques morceaux de morue à 12 $CAN.

- dans le couloir d’accueil de la Mairie. Dans le même temps c’est un lieu de rencontre très intéressant où un bon nombre des villageois passent par là. L’accueil y est très chaleureux, un café vous sera proposé en prime…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo : Lilopin à Rose Blanche :

https://www.youtube.com/watch?v=srKw_gpB7i4

ROSE BLANCHE :

La baie comprend 2 ports celui de Rose Blanche et celui de Port du Cou.

Rose Blanche a  été choisie pour ses ports abrités et la proximité des lieux de pêche.

Le port de Rose Blanche a d'abord été utilisé par les pêcheurs  français qui sont venus au début des années 1700 pour pêcher la morue en abondanceLe port fournissait un bon ancrage, étant bien abrité par Caines Island et Rose Blanche Point. Le nom Roche Blanche a été donné au village à cause des rochers de quartz blancs que l'on voit voit à l'approche du village. 

Lorsque les Anglais prendront possession de Terre Neuve ils prononceront mal le mot "roche" qui deviendra "rose"...

Le phare :

Il s’agit du dernier phare de ce type au Canada. Le phare est tombé en ruines et a été reconstruit entre 1996 et 1999. Le phare a été rallumé le 3 août 2002.

Date des fondations : 1873
Date de la construction de la tour actuelle : 1873 (reconstruit 1996-1999)
Date de désactivation : 1941-2002
Optique : 1873 : Lentille de quatrième ordre ; actuellement la lentille de Fresnel est de sixième ordre.

Promenade autours des 2 villages :

La cascade de Barrachois

Le fjord de Port du Cou :

Repas au gîte du village : rien de bien sympa sinon le site, de plus très cher !!! :

Je vous dit à bientôt, nous partons vers un autre village où il y a une "super party", il s'agit du village de GRAND BRUIT.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 18:07
CB 011.
juillet - août 2017
de NOUVELLE ECOSSE
à TERRE NEUVE

juillet  2017

 

Terre Neuve est juste en face de nous à un peu plus de 80 MN. Nous sommes impatients d’y arriver.

Nous nous entendons avec notre ami canadien Joe que nous avons retrouvé ici à Ingonish pour faire un départ demain jeudi 27 juillet très tôt tout juste après le lever du jour afin d’être surs de pouvoir atteindre Port aux Basques avant la nuit.

 

Jeudi 27 juillet, 4 heures 15

le réveil sonne, nous sautons dans nos vêtements de navigation sans prendre de petit déjeuner que nous aurons le temps de préparer une fois en navigation.

Lorsque nous sortons sur le pont, Joe a commencé à lever son ancre. Il prend de l’avance sur nous car il n’a pas de guindeau électrique , lever son ancre à la force des bras n’est pas de tout repos, cependant cela reste un très bon exercice pour se réveiller au petit matin...

Tandis que Dominique se met à la barre. Je vais à mon mouillage . Le vent a tourné notre mouillage de telle manière que l’avant du bateau est directement dans l’axe du couloir entre les 2 collines, le vent de face. Dominique va devoir m’aider en avançant tout doucement sur l’ancre.

Je commence a remonter le mouillage . Il va nous falloir plus d’une demie heure pour en arriver au bout.

Ça y est il ne nous reste plus qu’à franchir la passe. A cette heure-ci la marée est montante pas de souci.

Le vent est d’W 11/17 nœuds, le spi symétrique est lancé vers les 9 heures.

Le début de la matinée sera ensoleillé et calme. Nous lançons le spi, cette fois ci « le spi symétrique ».

Mais très vite les nuages arrivent, la journée sera « cloudy », le vent de direction W 17 nœuds. Nous avançons en espérant pouvoir nous approcher de Birds Island. Il y aurait des puffins, de nombreux oiseaux, des phoques et voir même des baleines dans les alentours…

VIDEO "dans le Golfe du Saint Laurent : https://www.youtube.com/watch?v=zwNfQx3xqC0

Lorsque nous atteignons l’île il ne nous sera pas possible de trop nous approcher le creux des vagues oscille entre 1 mètres et 1 mètre 50. Nous nous contenterons de passer un peu au large, tant pis, ce sera peut-être pour le retour.

 

Face à nous se dessine Terre Neuve (Newfoundland),

Pour l’équipage de Lilopin c’est un mythe qui devient au long des heures une réalité, « Terre Neuve » !!!

18 heures, l’ancre est jetée à PORT AUX BASQUES CHANNEL 47°34’ - 59°08’, 81,1 MN.

Je pense que nous aurions du appeler les autorités portuaires pour demander l’autorisation d’entrée dans le chenal puis le port , mais nous étions si heureux d’arriver que nous avons oublié.

A terre la fête bas son plein.

Avis aux navigateurs :

Changement d’heure en été + 30 MINUTES

C’est à dire lorsqu’il est 12heures en Nouvelle Ecosse il est 12 heures 30 à Terre Neuve.

Mouillage :

Il n’y a pas beaucoup de place mais il faut dire qu’à notre arrivée nous étions le seul bateau de plaisance.

Marina municipale :

Actuellement en travaux il nous a été possible de nous mettre en quai gratuitement.

Facilités :

Des sanitaires très sales, je pense inutilisables, ouverts à tous.

Une laverie (état de propreté très moyen) intéressante au niveau du tarif 1$CAN la machine de 5 kg ainsi qu’1 $CAN pour le sèche linge.

L’annexe :

au ponton des pêcheurs où le quai est bas.

Avitaillement :

- en dow town, il y a un drug store, une supérette, une poste…

- à environ 2 kms à pieds à l’extérieur de la ville il y a une petit « mall » où on y trouve une grande surface, un magasin de spirits, une petite galerie marchande.

WIFI :

à l’unique restaurant, au pub située juste en dessous ou bien à la « library » près du « mall ».

Location de voiture :

aucune possibilité .

 Vidéo de l'arrivée de Lilopin à Channel Port aux Basques : https://www.youtube.com/watch?v=1IzAlvlRKKU

PORT AUX BASQUES :

La ville doit son nom aux chasseurs de baleine basques qui dès le xvie siècle venaient dans cette région. Channel-Port-aux-Basques est une des plus anciennes cités de Terre Neuve et donc du Canada et de l'Amérique.  

La ville compte environ 5 000 habitants et marque l'extrémité occidentale de la portion terre-neuvienne de la route transcanadienne.    

Dans les années 1500, une flotte  basque s'est installée ici, et a construit un port en eaux profondes pour établir un centre de commerce du poisson.

Rapidement, Port-aux-Basques est devenue la capitale francophone de Terre Neuve , jusqu'à ce que sa propriété soit revendiquée par l'Angleterre.

C'est le Roi Georges VI qui verra, en 1949, naître la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador.

La colonie n'était pas une province canadienne jusqu'en 1949 et fut de 1907  à son entrée au sein de la Confédération un dominion indépendant membre de l' Empire Britannique , ayant une existence juridique séparée du Canada.    

 

Les paysages de Terre-Neuve sont profondément marqués par la glaciation quaternaire.

 

A bientôt sur la côte Sud Est de Terre Neuve à la découverte de fabuleux villages de pêcheurs accesibles uniquement par mer.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 18:41

 

 

CB 008 juillet 2017.

BADDECK & CAP BRETON

en gaélique écossais "badaig" est un village canadien situé sur le Lac du Bras d'Or au Cap Breton, dans le comté de Victoria.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baddeck est largement connu comme «le début et la fin» du fameux Chemin Cabot, un magnifique parcours panoramique sur certains des littérums les plus incroyablement beaux du monde!

C'est ici que Graham  Bell , l'inventeur, entre autre choses, du téléphone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très agréable soirée au village, soirée de musique celtique avec l'explication de ses origines et sa manière de danser dessus... Vous pouvez y assister tous les soirs de la semaine en période estivale. On se retrouve dans une salle polyvalente de l'église.

 

 

 

 

 

Poursuivons nos découvertes culturelles au musée Bell : Alexander Graham Bell a emménagé avec sa famille à Baddeck après leur première visite dans la région en 1885. Leur maison, Beinn Bhreagh (en gaélique "belle montagne"), était un refuge et un lieu de rassemblement de la famille de Bell, son épouse, Mabel, et leurs filles. 

Les lacs ont eu une place très importante pour le travail expérimental de Bell. Au début des années 1900, pendant ses expériences sur l'aviation, des cerfs-volants, certains assez grands pour lever une personne, ont été lancés depuis des radeaux remorqués derrière des bateaux et même un navire à vapeur.

Pour lire la suite : http://www.carnetdevol.org/Bell/baddeck.html

Une manière comme une autre , pourquoi pas, d'envisager la pratique du yoga !

En rentrant en France je vais essayer de proposer "1 heure de sophrologie et 3 pastis", qu'en pensez-vous, vous pouvez dès maintenant vous inscrire...

L'équipage a préférer faire un picnic sur la petite île entre copains de bateaux, un excellent moment de convivialité dans un décor aux couleurs particulières, aux odeurs et le tout avec un voisinage peu commun...

Pour digérer tout cela nous avons loué une voiture avec nos copains de bateau pour aller visiter Cap Breton. Nous avons parcouru un peu plus de 1.000 kms et randonné aussi.

Voici nos trois parcours :

Région celtique :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cabot Trail :

 

Louisbourg :

La  forteresse de Louisbourg est la reconstruction partielle d'une forteresse française située sur l'île du Cap-Breton dans la province de la Nouvelle-Écosse. C'est un « lieu historique national du Canada » géré par Parcs Canada et l'une des principales attractions touristiques de Cap-Breton.

À l'origine établie en 1713 en relation avec la pêche à la morue et suivant le traité d'Utrecht qui avait dépossédé la France du port et fort stratégique de Plaisance à Terre Neuve , elle est devenue la capitale de l'île royale  en 1718. En 1745, une force armée britannique venue de la Nouvelle Angleterre la captura. Elle fut restituée à la France par le traité d'Aix la Chapelle en 1748.

La forteresse de Louisbourg était d'importance majeure pour le contrôle de la France sur les pêcheries qui employaient des milliers de personnes des deux côtés de l'Atlantique. La forteresse était aussi importante sur le plan stratégique pour la protection du Canada, dans la mesure où une flotte y était basée. Louisbourg devint également un marché intéressant pour les Canadiens  et les Acadiens qui y envoyaient leurs produits agricoles à destination de la population, la deuxième plus importante en Nouvelle France après Québec. Louisbourg était aussi une escale importante pour les navires en provenance des Antilles Françaises. Souvent, les cargaisons furent entreposées dans des hangars de la ville. La colonie pratiquait aussi la pêche à la morue. Elle salait le poisson, puis le faisait sécher sur les plages de Louisbourg.

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de DoMa
  • : Une femme qui navigue depuis bientôt 25 ans sur la quasi totalité des mers du globe. "C'est dans les revues spécialisées "bateaux et navigations" que j'ai commencé à apprendre à connaître la mer" répondait-elle au journaliste de la revue Voiles et Voiliers... Puis sa rencontre avec son mari Dominique, professionnel de la voile lui a permis de réaliser l'un de ses rêves, celui de traverser l'Atlantique (première traversée en 2008)... Depuis plusieurs années d'autres trans-atlantique et toujours plus de milles sur les mers afin d'atteindre de nouveaux lieux à la rencontre de leurs habitants. Elle conclura en s'appropriant la maxime d'Aristote ; "il y a 3 sortes d'Êtres Humains, les Vivants, les Morts et Ceux qui vont en mer"...
  • Contact

Recherche