Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 20:36

Samedi 11 août ,

7 heures 15, départ de ROCKLAND, 44°06’-69°06’

arrivée

à 13 heures 25

à BOOTHBAY, Maine, USA , 43°50’-69°05’

à 40,8 MN/Cumul 1,157,3 MN

 

 

Dimanche 12 août,

8 heures 45,départ de BOOTHBAY,

arrivée

à 15 heures 25 à PORTLAND, Maine,

43°39’-70°

 

 

 

Jeudi 16 août,

9 heures 50, départ de PORTLAND

arrivée 

à 12 heures 20 à YARMOUTH, Royal River 43°47'-70)10'

départ à 17 heures 30

arrivée

à CHANDLE COVE sur CHEBEAGUE ISLAND, 43°43-70°07

 

 

 

Vendredi 17 août,

16 heures 55 départ de CHEBEAGUE ISLAND

arrivée 

à 17 heures 50 à GREAT DIAMOND

43°40'-70°11'

 

 

 

Samedi 18 août,

17 heures départ de GREAT DIAMOND

arrivée

à 18 heures 50 à BACK COVE43°40'-70°14'

 

 

 

 

BOOTHBAY

Voir aussi :http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-3-rockland-harbor-capitale-du-homard.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2017/09/marie-raconte-son-retour-aux-usa-maine.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-2-orrs-island-et-boothbay.html

Que dire sur Boothbay ? 

Nous y revenons régulièrement car nous aimons bien cette petite station balnéaire du Maine. Le mouillage n'est pas évident, mais nous avons "notre place de réservée", en fait si vous voulez rester près du centre ville il y a tout au plus 3 à 4 possibilités pour y jeter son ancre. En ce qui nous concerne , il est préférable que nous soyons seuls sur le mouillage car il est très petit pour notre Lilopin si au grand jamais il y avait un autre bateau...

Nous y avons aussi nos habitudes pour y venir déguster la Lobster, nous avons notre pêcheur attitré, dirons nous...

Et puis cette fois-ci, nous avons bénéficié d'un concert de jazz qui avait lieu tout à côté de notre Lilopin dans le bâtiment principal d'un chantier marine.

Quoi de mieux que de savourer sa lobster on son d'un concert de jazz au coucher du soleil ,!!!

 

https://www.youtube.com/watch?v=LGS57YQO6BY

 

 

 

 

PORTLAND

Voir aussi : http://domacaraibes.over-blog.com/2016/09/marie-raconte-son-maine-10-alentours-de-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-1-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/08/marie-raconte-son-maine-9-de-bath-a-portland.html

http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-sa-croisiere-vers-le-maine-6.html

Il en est de même pour Portland qu'en dire ?

C'est une halte quasiment obligatoire lorsqu'on arrive ou lorsqu'on part du Maine.

Cette année nous avons une nouvelle fois rendez vous avec la cousine Flora. Elle embarque avec nous pour un temps de croisière...

Cette année, nous avons décidé de faire un tour dans la baie de Portland,

bien évidemment nous sommes retournés vers les incontournables de Portland, tel que le magasin de donuts...

Holy donuts vend 2 millions de beignets par an !!! C'est une belle histoire que vous pourrez découvrir en ouvrant le lien ci-dessous :

 

 

 

 

 

 

 

 

Finalement bien rassasiées, nous avons mis les voiles dans la baie .

De gigantesques pontons privés devant de magnifiques demeures :

YARMOUTH

 

Avec pas mal d'attention + beaucoup de prudence + la marée haute = c'est possible, ça passe même pour Lilopin...

THE CLAM FESTIVAL - UNE ATTRACTION À L'ÉCHELLE DE L'ÉTAT  https://www.youtube.com/watch?v=nNriCE4kATk

Yarmouth possède des crustacés de premier plan tout au long de l'année, mais en juillet, le festival annuel Clam est l'attraction principale de la région.  Le Festival est aussi une célébration de la communauté locale, avec un concours de palourdes, des danses de rue, des courses à pied, une course de vélo professionnelle, un rassemblement de pompiers.

Ci-dessus LILOPIN au mouillage

Cependant, le capitaine décide de ne pas rester sur ce mouillage pour la nuit, nous repartirons en fin d'après-midi pour Chebeague Island.

CHEBEAGUE ISLAND

Son nom signifie «île de nombreuses sources».

Chebeague Island a une longue histoire de navigation, notamment les sloopers en pierre, des hommes qui transportaient du ballast pour les voiliers du 19ème siècle en Amérique et plus tard du granit pour la plupart des bâtiments les plus spectaculaires du pays, dont le Washington Monument. Les nombreuses maisons de la renaissance grecque sur l'île ont été construites par ces sloopers.

 

L'équipage de Lilopin part à la découverte de cette nouvelle île, "à ne pas manquer" !!!

 

Nous marcherons plusieurs miles au milieu de la forêt, ici c'est la quiétude qui y règne. Les animaux sont présents partout et absolument pas inquiets de nous voir avancer vers eux.

 

Voici ce que nous découvrirons au détour d'un virage , cette "supérette" d'un autre temps...

On rentre on se sert, on pèse et on laisse l'argent dans la boite... Tous les fruits et légumes sont de saison cultivés naturellement.

Il y avait tant d'années que je n'avais pas mangé d'aussi bonnes pêches, en fermant les yeux j'ai été transporté dans le jardin de mon grand-père et je me suis  revue en train de  cueillir les pêches sur les arbres et retrouvé le goût sucré du fruit enveloppé dans cette peau pelucheuse...

Un véritable bonheur...

Il en a été de même avec la rencontre du propriétaire qui nous a fait visiter ses cultures et expliquer sa manière complètement bio de faire pousser ses fruits et légumes. Il utilise les abeilles pour la pollinisation.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit tour sur l'une des plages de l'île...

GREAT DIAMOND

Great Diamond Island Map À 20-25 minutes de ferry de Portland, Great Diamond Island, à Casco Bay, est l'une des plus pittoresques du Maine. Ce bijou comprend des sentiers de randonnée qui permettent de profiter de la beauté de l'île; Au cours de leurs voyages, les visiteurs peuvent entendre parler de grands noms littéraires qui ont fréquenté l'île, tels que Henry Wadsworth Longfellow ou Harriet Beecher Stowe. Ou encore, ils peuvent entendre parler de son histoire en tant que base militaire au cours du XIXe siècle et noter l’attention portée à la préservation de l’intégrité architecturale de l’époque.

En navigation vers Back Cove

BACK COVE

nous y passerons la nuit avant notre départ PORTSMOUTH

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 20:10

carnet 021 septembre 2017

de NORTH HAVEN

à ROCKLAND, BOOTHBAY et PORTLAND

A lire aussi :

Rockland :http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-3-rockland-harbor-capitale-du-homard.html

Boothbay :http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-2-orrs-island-et-boothbay.html

Portland :http://domacaraibes.over-blog.com/2016/07/marie-raconte-son-maine-1-portland.html

 

Après une bonne nuit de sommeil nous voilà une nouvelle fois sur le pont.

Vendredi 8 septembre, 10 heures 15,

l’ancre est levée, nous nous dirigeons vers le port de ROCKLAND que nous connaissons pour y avoir séjourné plusieurs jours l’an dernier.

Une fois arrivés dans la baie (11 heures) nous allons avoir un peu de mal pour joindre par VHF le maître de port de la ville.

Nous avons appelé à la VHF sur le 16 puis sur le 9 , comme l’indique le chart pilote, je ne sais plus combien de fois , sans réponse !!!

Trouver l’indication sur le chart pilote du ponton municipal a été chose impossible car ce ne sont que les marinas privées qui sont reportées.

Il est environ 11 heures 25, nous nous dirigeons vers le ponton d’un chantier privé où nous accostons. Un peu étonnées les personnes qui se trouvent là nous demandent ce que nous faisons. Nous leur répondons que nous appelons désespérant à la VHF le maître de port de la ville et que nous n’arrivons pas à le joindre. Comme nous ces personnes, qui font partie du personnel du chantier, sont étonnées de ce que nous leur disons. A ce moment là l’un d’entre eux sort son téléphone portable et appelle la marina municipale pour prévenir de notre arrivée.

Voilà qui est fait, le maître de port nous attend.

Nous larguons les amarres et remonter vers « ce fameux ponton municipal » indiqué nulle part. Nous allons devoir être amarrés au ponton pour voir la pancarte « marina municipale de Rockland ».

Il est midi nous voilà enfin arrivés.

Maintenant, nous allons devoir faire notre entrée sur le territoire américain. Nous avons la crusing licence à renouveler pour l’année et la clearance d’entrée pour nous passagers à faire. Pour faire tout cela nous devons téléphoner à la douane, mais nous n’avons plu de téléphone américain. Le capitaine demande au maître de port de téléphoner pour nous aux autorités compétentes ( cela fait partie du travail administratif du maître de port lorsqu’il accueille un bateau battant pavillon étranger.

Pendant ce temps, il nous demande rester à bord.

Chose que nous savons et que nous allons exécuter en préparant le déjeuner.

Dans le même temps je vais aller mettre à l’abri du regard « ma plante verte ». Cette fois-ci le représentant de l’hygiène et de la santé ne m’y prendra pas en me la confisquant en évoquant le prétexte qu’elle a voyagé à l’étranger et qu’elle est susceptible de ramener des larves sur le territoire américain.

2 heures 30 pm, nous apercevons un uniforme sur le ponton, le douanier est là. Il est tout seul ! Peut-être que les autres vont arriver. Et bien non, cette fois-ci il restera seul.

En arrivant, il nous dit « bonjour » en français. Nous nous installons tous les 3 dans le cockpit pour faire la paperasse d’entrée. Assez vite il nous dit qu’il connaît bien la France parce qu’il est marié à une parisienne… Nous passerons environ trois quarts d’heure ensemble et nous nous séparerons avec une grande poignée de main et ses souhaits de « bienvenue sur le territoire américain ».

 

Nous allons passer la nuit au quai afin de faire laver à fond le pont, rincer les voiles ainsi que tout le matériel d’accastillage. Nous en profiterons aussi pour remplir nos réservoir de 800 litres d’eau douce.

 

Avis aux navigateurs :

le ponton municipal :

ce n’est pas généralisé aux USA, mais il est souvent possible de passer gratuitement la première nuit au port municipal.

le mouillage :

- possible sur bouées, mais trop petites pour nous.Il y en quelques unes pour lataille de Lilopin mais occupées, de toute manière le tarif au pied est de plus de 1$/J

- à l’ancre  dans la baie : 44°05 - 69°05’, bon mouillage

annexe :

- au port municipal pour la somme de 5 $/J

- au ponton derrrière l’usine à homards, fratuit

avitaillement :

à environ 1,5 miles à pieds un super marché.

WIFI :

dans de nombreux commerces où bien à la Library municipale.

Ici, à ROCKLAND, nous avons des amis à voir, Jacky et Philippe que nous avons rencontrés à Saint-Martin il y a maintenant 2 ans.

Nous verrons Jacky ,sa fille Monique et petite fille Elina, car Philippe est en train de convoyer un voilier d’un ami vers New-York.

Que cela ne tienne nous passerons d’agréables moments ensemble repas champêtre aux homards, promenades et courses.

Dominique aura même l’occasion de conduire une vieille 4L , année 1966, ayant appartenue à la police française de Marseille puis importée aux Etats-Unis par un écrivain conférencier, ami de nos amis……

Mercredi 13 septembre , 7 heures 20,

nous décidons de reprendre la route, nous profitons du vent de N, pas vraiment de N mais de Nwce qui n’est pas mal pour nous qui nous dirigeons vers BOOTHBAY, un très joli village de pêcheurs que nous aimons bien.

Le vent est faible et le soleil brille .

Un peu plus tôt que prévu avant la fin de la matinée le vent tourne à W, il nous reste peu de MN à faire pour arriver à destination.

Tranquillement en zigzaguant entre des centaines de buoys nous arrivons sur le mouillage de Boothbay que nous connaissons.

13 heures 55 , 43°50’ - 69°37’

l’ancre est jetée. Nous venons de parcourir une quarantaine de MN.

Avis aux navigateurs :

Mouillage :

il y a très peu de place pour jeter l’ancre car il y a beaucoup de corps morts et entre ceux-ci des buoys.

Annexe :

- au ponton municipal

- au ponton de la résidence hotellière

Avitaillement :

aucun sur place

WIFI :

-à la bibliothèque municipale

-un peu partout en centre ville

A Boothbay pas de voleurs !!!

Une nouvelle fois du homard à bord, cette fois-ci du Maine .

Samedi 16 septembre,

l’équipage de Lilopin se lève tôt, vers 6 heures, pour profiter de la direction W du vent avant qu’il ne passe en S/SW.

Ce sera un faux réveil, nous sommes dans un brouillard suffisamment dense pour que nous allions nous recoucher.

Vous l’avez compris, le brouillard ce n’est pas « notre truc », les navigateurs canadiens, les autochtones du N des USA ou ceux de l’Europe du Nord que nous connaissons ne sont pas gênés de naviguer dans cette condition peu confortable pour nous. Dominique dit que ça ne le gène pas vraiment mais dans le « pas vraiment » je pense qu’il préfère y voir clair quant à moi je commence à en avoir par dessus la tête d’avoir les yeux rivés sur le radar et la carte…

Nous allons attendre toute la matinée que ce brouillard se lève.Peut-être qu’à l’extérieur de la baie il n’y en a pas,mais faut-il encore atteindre l’Océan. Depuis le pont du bateau, nous ne voyons pas le rivage d’en face qui n’est qu’à 100 mètres de nous.

Ce n’est qu’après le déjeuner que le brouillard se lèvera un peu.

Dominique, capitaine à bord décide de lever l’ancre.

Il est

13 heures 45,

GV + Moteur , nous nous dirigeons vers la capitale du Maine PORTLAND.

Mais le vent n’est pas très favorable, le soleil est bien caché par de gros nuages.

Peu à peu au fur et à mesure que l’après-midi passe le brouillard fait de nouveau son apparition. Tout particulièrement à l’approche de la terre.

Il est à noter que Portland est l’un des plus grands ports commerciaux de la côte Est.

Plusieurs MN avant l’entrée nous allons devoir faire avec les chenaux de navigations empruntés par ces géants de la mer, les paquebots de croisières, pétroliers, porte containers et « îles flottantes en tout genre »…

Fort heureusement, nous connaissons plusieurs entrées et sorties de ce port qui vont nous permettre de ne pas prendre le chenal principal en « compagnie de tous ceux » cités plutôt.

Cependant , le brouillard quoique assez léger est tout de même là.

Sur notre carte nous avons la trace du précédent passage. Il semblerait que la chance soit une nouvelle fois avec nous, de la même manière qu’au moment de notre arrivée sur le mouillage de North Haven, le brouillard se lève. C’est là une excellente situation pour pouvoir , en toute sécurité, jeter l’ancre.

18 heures 40 ,arrivée à PORTLAND,

43°39’ - 70°14’ LILOPIN est sur son mouillage.

Avis aux navigateurs :

Mouillage :

il y a quelques bouées fixes .

Des petites marinas en centre ville puis au loin dans la baie .

Annexe :

- le ponton municipal est un loin de notre mouillage mais ça se fait…

- possibilité d’aller à la petite marina à côté du mouillage pour 5 $/J ;

Nous allons rester à Portland 4 jours en attendant une meilleure météo.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 19:00

Carnet de bord n° 161

De Portland, York County, ME

En passant par ORRS ISLAND, région du KNOX COUNTY, ME

A BOOTHBAY, région du Knox County, ME

Juillet 2016

 

Notre séjour à Portland arrive à sa fin avec le départ de notre cousine Flora qui est venue passé le weekend à bord.

Nous allons poursuivre notre montée vers le Nord Est car nous avons un autre rendez-vous avec des copains navigateurs rencontrés, il y a deux ans à Saint-Martin, Jacky et Philippe. Ils habitent à Waldoboro, pas très loin de Rockland.

Le weekend que nous venons de passer a été très pluvieux, ce n’est qu’aujourd’hui, lundi, que le soleil et la chaleur sont de retour. Nous allons en profiter « pour mettre les voiles », n’est-ce pas !

 

 

Lundi 11 juillet, 14 heures 15 :

 

 

 

 

Cap sur Orrs Island dans le Knox County.

Le vent est de S/SO 13 nœuds. Nous avançons GV + G + moteur.

La navigation se passe pour le mieux. Nous découvrons les fameux champs de mines celui des buoyes.

Il y a des centaines et des centaines. Nous devons sans arrêt zigzaguer entre les unes et les autres. Il y en a à perte de vue…

*Arrivés sur notre mouillage nous ne savons pas si nous allons pouvoir jeter l’ancre tellement qu’il y en a de partout autour de nous. Entre ces buoyes et les bouées de mouillages ce n’est pas évident de faire de faire sa place.

Finalement, après avoir fait des ronds dans l’eau autour de toutes ces buoyes nous jetons l’ancre 18 heures 20 sur notre mouillage (43°45’  -  69°59’).

Nous allons passer une nuit très calme pour repartir dès le lendemain matin ;

Mardi 12 juillet, 10 heures 20,

En partant nous constatons que l’étal de la marée basse est à 10 heures 30.

Il y a toujours peu de vent en direction de S/SO 10 nœuds environ., nous sommes à la GV + G + moteur.

Il fait beau et chaud dans les 27°.

Aujourd’hui la journée est toute particulière car nous allons naviguer entre les îlets pour aller à la rencontre de nombreuses familles de phoques.

Ce sont de merveilleux moments. Ce ne sont ni les émissions télévisées « d’ Ushuaia » ou « de Faut pas rêver »  c’est notre propre réalité… C’est la première fois pour moi que ce magnifique spectacle se déroule devant mes yeux.A un moment donné, nous nous sommes trop rapprochés des rochers où se trouvent les « jeunes ». D’un seul coup d’un seul des phoques adultes se sont jetés à l’eau pour faire obstacle entre nous et leurs progénitures.

15 HEURES, nous jetons l’ancre dans un décor de carte postale.

 

Avis aux navigateurs :

Mouillage :

pas évident de trouver une place entre les boyes et les bateaux sur bouées.

Annexe :

pas de problème, il y a un ponton municipal

Gas oil :

ponton

Avitaillement :

rien !!!

Une très charmante ville balnéaire.De nombreuses galeries d'art.Et bien sur des "lobsters".Après un excellent repas de lobsters l'équipage de Lilopin reprendra la route.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de DoMa
  • : Une femme qui navigue depuis bientôt 25 ans sur la quasi totalité des mers du globe. "C'est dans les revues spécialisées "bateaux et navigations" que j'ai commencé à apprendre à connaître la mer" répondait-elle au journaliste de la revue Voiles et Voiliers... Puis sa rencontre avec son mari Dominique, professionnel de la voile lui a permis de réaliser l'un de ses rêves, celui de traverser l'Atlantique (première traversée en 2008)... Depuis plusieurs années d'autres trans-atlantique et toujours plus de milles sur les mers afin d'atteindre de nouveaux lieux à la rencontre de leurs habitants. Elle conclura en s'appropriant la maxime d'Aristote ; "il y a 3 sortes d'Êtres Humains, les Vivants, les Morts et Ceux qui vont en mer"...
  • Contact

Recherche